Eléphant visible en safari

L’Afrique est bien le continent où l’on trouve le plus d’espèces animales emblématiques. Le big 5 est d’ailleurs le must have de toutes réserves : lion, éléphant, rhinocéros, léopard et buffle du cap. Au départ, cette appellation était donnée aux cinq espèces les plus dures à chasser à pied. Pour des raisons marketing, elle a été ensuite reprise par les réserves.

Avec cette forte concentration animale, de nombreuses réserves et parcs ont vu le jour dans différents pays tels que l’Afrique du Sud, le Kenya, la Tanzanie, Bostwana etc. Pour le meilleur et pour le pire. Et le pire se situe en Afrique du Sud, destination phare de l’Afrique pour les safaris.

Groupe de rhinocéros blanc

Sommaire

Les menaces pour les animaux en Afrique

Les menaces directes pour les animaux qu’ils soient en liberté totale dans des parc nationaux ou des parcs privés sont le braconnage (ivoire, os à destination des pays asiatiques etc.), la chasse aux trophées et la revente illégale d’animaux pour des privés. Le trafic d’animaux sauvages est aujourd’hui malheureusement le troisième plus gros trafic mondial, derrière le commerce de drogues et d’armes.

A ceci s’ajoute la réduction des territoires sauvages, due à la croissance de la population africaine et à l’urbanisation du territoire.

Certaines réserves respectent à 100% les animaux, et même des pays ont compris l’importance économique du tourisme et de la préservation de leur faune tel que la Namibie. Restent les touristes qui à eux seuls peuvent décider de porter un sérieux contre coût financier aux établissements non respectueux …

Que pouvons-nous faire en tant que touriste ?

Nous avons bien sûr un rôle à jouer dans notre “consommation touristique”. Et chaque acte compte. Celui de choisir consciencieusement l’endroit où nous souhaitons aller et éviter certaines activités. Nous pouvons encore communiquer et informer nos proches au sujet du bon comportement à avoir.

Que faut-il éviter ?

  • Ne pas se rendre dans un parc offrant de toucher/caresser/faire des marches avec les animaux.

Vous avez pu déjà voir des photos et vidéos de personnes caressant d’adorables lionceaux, tout sourire. On avoue c’est mignon ! MAIS le sort de ces animaux passé le statut de petit, est réservé principalement à la chasse pour chasseurs en mal de trophées (et de puissance). Moyennant de fortes sommes d’argent, les animaux sont souvent tués dans de grands enclos. Parfois drogués avant d’être abattus. Habitués à l’homme il ne se sentent d’ailleurs pas en danger. Tout cà est bien loin d’une vraie vie en liberté …

Lions élevés pour la chasse aux trophées

Il faut aussi se demander l’impact qu’ont les touristes sur les petits, à les toucher tous les jours. Par le contact humain, ils perdront la crainte de ceux-ci et s’avèreront d’autant plus dangereux et incapable de vivre dans leur élément naturel par la suite.

Enfin, il est important de noter que les parcs avec interactions sont des endroits où les risques d’attaques sont plus importants, inévitablement. Que cela soit avec des félins mais aussi des herbivores (éléphants, girafes etc.)

  • Ne pas participer aux chasses et ne pas visiter des réserves participant à celles-ci
  • Ne pas se rendre dans des fermes d’élevage – terme “breeding” – déguisées sous le nom de parcs, celles-ci élèvent des animaux destinés aux chasses aux trophées
  • N’achetez pas des objets fait à partir d’animaux (ivoire, os, peau etc)
  • N’achetez pas d’animaux exotiques en espérant les sauver de leur sort (souvent vendu en bord de route, marché). En faisant ceci, vous confirmez que l’on peut se faire de l’argent en capturant et vendant des espèces sauvages
  • Ne pas aimer, partager les photos et vidéos de personnes avec des bêtes sauvages qui sont utilisées comme des animaux domestiques (dans une maison ou un environnement non naturel). Signalez-les plutôt.

Attendrissantes, ces vidéos sont aussi l’illustration parfaite du trafic d’animaux vivants, provenant soit de fermes d’élevage, soit directement de leur environnement naturel. Pour exemple, de nombreuses portées de guépard, animal en voix d’extinction sont prélevées dans la nature à destination des Etats du Golfe. Avoir un guépard est en effet un signe de richesse et un animal de compagnie à la mode. Sachant qu’un petit sur 4 survit en général, celui-ci aura une espérance de vie d’environ 2 ans au lieu d’environ 8 ans dans la nature.

Comment choisir votre safari / expérience de volontaire ?

Il faudra vous armer de patiente et effectuer de nombreuses recherches. L’action incontournable reste de regarder les avis et notations sur Tripadvisor qui vous renseigneront très vite sur la possibilité de caresser les animaux (à éviter absolument) ou encore la maltraitance de ceux-ci (trop grand nombre d’animaux dans un petit enclos, animaux affamés etc.).

Elevage de lionceaux

Renseignez-vous en détail sur l’organisme de destination, regardez les photos pour voir si les touristes sont en contact direct avec les animaux (ce qui n’est pas autorisé). 

Il est bien évidemment inapproprié de payer un volontariat pour s’occuper d’animaux qui sont tués quelques mois après, alimentant le business de quelques-uns. 

Lions visibles en safari.

Auprès de qui payer son séjour en écovolontariat ?

Deux possibilités : passer directement par l’organisme menant l’écovolontariat et vous hébergeant, ou vous pouvez également passer par des agences de voyage spécialisées dans ce domaine. Attention cependant aux agences qui peuvent proposer des volontariats – surtout dans le domaine humanitaire – qui n’ont pas de réel impact pour les population. Comme partout, contrôlez vos sources.

Hartebeest seen on safari

Nos conseils

Faites des recherches poussées sur les endroits où vous souhaitez séjourner en tant qu’éco-volontaire. Il est primordial que votre temps et argent soit investi dans de réels projets utiles à la conservation des espèces. 

Partez avec nous en séjour écovolontaire !

En choississant de partir avec Sagittarius Voyage, vous partirez faire un séjour d’écovolontariat qui aura été contrôlé en amont (recherches approfondies sur les engagements du lieu, les propriétaires, les pratiques etc.) ainsi que sur place. Nous participons à tous les programmes que nous proposons pour vous garantir un séjour de qualité et sûr, réellement investi dans la conservation de la faune.  Nous ne voulons en aucun cas participer au trafic animal et business de la chasse.

Découvrez nos séjours !

Sagittarius Voyage